Lettre aux amis et bienfaiteurs - octobre 2016

Fatima et le Purgatoire

Chers Amis et Bienfaiteurs,

Lors de la première apparition de Fatima, la petite Lucie interrogea la belle Dame sur le sort de deux de ses amies décédées depuis peu. « Je me souvins alors de poser une question au sujet de deux jeunes filles qui étaient mortes depuis peu. Elles étaient mes amies et elles venaient à la maison apprendre à tisser avec ma soeur aînée. ‘Est-ce que Maria das Neves est déjà au Ciel?’ ‘Oui, elle y est.’ Il me semble qu’elle devait avoir environ seize ans. ‘Et Amélia ?’ ‘Elle sera au purgatoire jusqu’à la fin du monde.’ Il me semble qu’elle devait avoir entre dix-huit et vingt ans. » (Toute la Vérité sur Fatima, Frère Michel de la Trinité, vol. 1, pp. 177-178)

Si un évêque a dit que Fatima était un rappel de l’enfer à un monde qui ne voulait plus croire à l’enfer, Notre-Dame de Fatima nous rappelle aussi le purgatoire, ce lieu de purification ultime avant l’entrée au ciel. Je voudrais en parler en ce mois d’octobre pour nous préparer au mois de novembre que la Sainte Église consacre d’une façon toute spéciale aux défunts. Le purgatoire fait partie de notre foi, c’est un dogme très consolateur, car sans lui, très peu d’âmes pourraient arriver jusqu’au ciel, puisque peu d’âmes meurent en état de charité parfaite.

C’est la charité qui nous unit aux âmes du purgatoire et qui nous permet de les aider. « Chacun de ceux qui sont unis ensemble par la charité bénéficie des bonnes œuvres de tous » enseigne saint Thomas (Suppl., q. 71, a. 1). C’est ce qu’exprime l’article du Credo, « la communion des saints ».

Saint Thomas ajoute une précision importante pour notre dévotion aux âmes du Purgatoire. Il dit qu’on peut prier pour elles mais aussi mériter pour elles « en vertu de l’intention de celui qui fait de bonnes œuvres, et qui les fait spécialement dans le but qu’elles soient utiles à celui-ci ou à celui-là. Dès lors, ces œuvres appartiennent en quelque sorte à ceux pour qui elles ont été faites, par une espèce de donation. Elles peuvent donc leur servir, soit pour satisfaire à la justice de Dieu, soit pour toute autre chose qui les laisse dans l’état où ils sont ». (ibid.) Et il explique l’importance de cette intention : « Par l’intention les œuvres satisfactoires passent d’un vivant à un défunt. À ce point de vue, il est hors de doute que les suffrages destinés à un défunt lui sont non seulement plus utiles qu’aux autres, mais ne le sont qu’à lui. La satisfaction, en effet, a pour but direct et unique la remise de la peine. Ainsi considérés, les suffrages sont utiles à celui-là surtout auquel ils sont destinés ». (Suppl., q. 71, a. 12)

Saint Thomas insiste sur le fait que de mentionner les noms des défunts leur est plus utile que de faire des prières pour tous les défunts en général. Bien sûr, cela suppose que l’âme en question soit encore au purgatoire, sinon, l’oeuvre satisfactoire passera à d’autres. Le mot ‘suffrage’ quand on parle de la prière pour les âmes du purgatoire signifie une prière d’intercession ou une œuvre satisfactoire que l’on soumet à Dieu pour ces âmes. C’est à Dieu de décider dans quelle mesure cette prière et cette œuvre seront appliquées aux âmes.

Ce point de théologie se manifeste bien par cette pratique que l’on trouve en beaucoup d’endroits de faire des listes de défunts et de les mettre sur l’autel pendant tout le mois de novembre.

Comment aider ces pauvres âmes? Puisque l’union de charité et l’intention sont les deux conditions pour pouvoir leur être utile, les œuvres les plus utiles sont celles qui contiennent davantage de l’une ou de l’autre. Et comme la sainte Eucharistie est la source ou le lien de la charité, car elle contient Celui qui fait l’unité et la solidité de toute l’Église, c’est-dire Notre-Seigneur Jésus-Christ, la sainte messe est le moyen le plus efficace pour les aider. C’est ce qu’enseigne la Concile de Trente : « Il y a un Purgatoire et les âmes qui y sont retenues sont aidées par les suffrages des fidèles, et surtout par le sacrifice de l’autel si agréable à Dieu ». (25e session, Décret sur le Purgatoire)

En deuxième lieu, saint Thomas, dans l’article 9 de la même question 71, met l’aumône, car c’est le « principal effet de la charité ». Il dit explicitement : « Si donc on envisage les suffrages au point de vue de la charité, les deux qui ont le plus de valeur, c’est le sacrifice eucharistique et l’aumône ». Puis, si on regarde l’intention, « la première place revient à la prière ». Et il conclut : « C’est pourquoi ces trois suffrages (la sainte messe, l’aumône et la prière) sont les trois principaux moyens d’assister les défunts, sans dénier pour autant leur utilité propre à toutes les autres bonnes œuvres faites, en état de grâce, à l’intention des âmes du purgatoire ».

Faire l’aumône pour aider les âmes du purgatoire! Voilà quelque chose que l’on oublie trop souvent, et pourtant quand on y pense bien, c’est de la logique surnaturelle, de l’agere contra réparateur. Que d’âmes passent par le purgatoire pour s’être trop attachées aux biens de ce monde! Alors, grâce au lien de la charité qui nous unit à elles, nous pouvons satisfaire à leurs attachements désordonnés en faisant l’aumône. Faisons-leur l’offrande de notre détachement, c’est aussi simple que ça! Plusieurs le font naturellement en ajoutant une offrande à leur liste des défunts pour le mois de novembre. (Mais notez bien que cette offrande n’est pas une intention de messe, c’est une aumône.)

Imitons donc le grand Judas Macchabée qui fit faire une quête pour expier les péchés de ses soldats tués car « il considérait qu’une récompense précieuse était réservée à ceux qui étaient morts dans la piété. C’est donc une sainte et salutaire pensée de prier pour les morts afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés ». (2 Mach., XII, 45-46)


Nouvelles du District

 

  • 8-9 octobre : Journées Québécoises du Christ-Roi, à l’Hôtel Sandman de Longueuil, près de Montréal. Venez tous nombreux pour une profession de foi publique dans le Christ-Roi.
  • 18-26 novembre : tournée de confirmations par Mgr de Galarreta au Canada
  • 15-20 février 2017 : XIe Mission médicale Rosa Mystica aux Philippines. On nous demande des médecins et infirmières pour ce magnifique acte de charité (en moyenne 3000 patients en une semaine). Vous pouvez voir les rapports des missions précédentes sur le blog de la Mission : www.rosamysticamission.blogspot.com . Que les intéressés m’écrivent avec leur C.V. à [email protected]
  • Pour encourager la prière pour les vocations dans notre grand district, voici cette belle invocation que nous chantons souvent lors de nos pèlerinages, comme Notre-Seigneur nous a encouragé à le faire : « Envoyez, Seigneurs, des ouvriers dans votre moisson, car la moisson est abondante mais les ouvriers si peu nombreux! »

Tout pour la gloire de Dieu et pour le triomphe de sa Mère Immaculée,

Abbé Daniel Couture
Supérieur de District