Lettre aux amis et bienfaiteurs - Novembre 2016

Fatima et l’enfer

Chers Amis et Bienfaiteurs,

Le mois de novembre n’est pas seulement le mois des âmes du purgatoire, c’est aussi la fin de l’année liturgique qui nous rappelle nos fins dernières. « Dans toutes tes actions souviens-toi de ta fin, et tu ne pécheras jamais » (Ecclus VII, 40) N’est-ce pas ce que nous entendons aussi à Fatima? Le message le plus pressant de Notre Dame est de s’assurer du salut du plus grand nombre d’âmes, et donc d’éviter que le plus grand nombre tombe en enfer.

Le thème le plus fréquent dans la prédication de Notre-Seigneur après celui du Royaume de Dieu était celui de l’enfer. Il fait référence à l’enfer, directement ou indirectement, environ 72 fois dans les évangiles. De même dans l’histoire de Fatima, ce thème tient une place de choix. Prouvons-le.

Tout d’abord, il y a la vision de l’enfer du 13 juillet. « Notre-Dame dit : « Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. »

Puis, à la fin de cette même troisième apparition, Notre-Dame enseigne aux enfants la prière à dire après chaque dizaine du chapelet : « Quand vous réciterez le chapelet, dites après chaque mystère : ‘Ô mon Jésus, pardonnez-nous, sauvez-nous du feu de l’enfer, attirez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin’. »

Ensuite, en demandant la pratique des cinq premiers samedis du mois, Notre-Dame promet toutes les grâces nécessaires au salut, c’est-à-dire pour éviter l’enfer. « Tous ceux qui, pendant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la sainte Communion, réciteront un chapelet, et me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant sur les quinze mystères du Rosaire, en esprit de réparation, je promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme. »

Quatrièmement, il est connu que l’aspect des apparitions qui marqua le plus Lucie et l’encouragea à la pratique des vertus les plus héroïques fut le Cœur Immaculé de Marie, celui qui marqua le plus le petit François fut de voir la tristesse de Dieu. Pour ce qui est de Jacinthe, ce fut la vision de l’enfer et de toutes ces âmes qui y tombaient, qui la toucha le plus. Durant sa dernière maladie, Jacinthe fit de nombreuses confidences, surtout à Mère Godinho, qui évoquent déjà plusieurs thèmes du Secret : prophétie de guerres et de châtiments, pensée lancinante de l’enfer, la nécessité de réparer.

Tous ces éléments du mystère de Fatima qui furent connus par les quatre Mémoires de Sr. Lucie des années 1940, furent une véritable préparation providentielle pour l’apostasie croissante qui devait suivre Vatican II à partir des années 1960. Quel contraste entre cet aspect de Fatima sur la gravité du salut et le danger réel de la damnation éternelle – de simples doctrines chrétiennes fondamentales – et la tragédie de l’erreur pernicieuse du salut universel qui a pénétré l’Église de tant de façons depuis environ cinquante ans!

Comment est-ce possible qu’un pape comme Jean-Paul II, dans son livre Entrez dans l’Espérance, se demande comment quelqu’un peut-il être damné éternellement quand on lit dans Saint Paul que Dieu veut le salut de tous les hommes? On se demande si ce pape croyait lui-même à l’enfer.

Ou bien quand on entend le pape actuel donnant aux athéistes une chance d’aller au Ciel, et justifiant aussi le péché d’adultère, on se demande s’il a oublié l’enseignement de Saint Paul qui exclut du Royaume des Cieux ceux qui commettent de tels péchés?

À chaque sainte messe, juste avant la consécration, il y a une mention de l’enfer. Cela se trouve dans le Hanc Igitur. « Nous Vous supplions de l’accepter avec bienveillance, de disposer nos jours dans la paix, de nous arracher à la damnation éternelle et de nous recevoir au nombre de Vos élus. » Voilà clairement énoncé le principe et fondement de toute notre foi : nous n’avons qu’une âme et devons faire tout en notre pouvoir pour la sauver, sinon elle sera damnée pour toute l’éternité. « Ce qu’un homme aura semé, il le récoltera » (Gal. VI, 7)

Voilà pourquoi notre Mère céleste, Notre Dame de Fatima, vient à notre aide. Elle nous rappelle quel est l’enjeu – notre éternité – et quels sont les moyens de l’obtenir – le chapelet, la dévotion réparatrice des premiers samedis, la dévotion à son Cœur Immaculé. Elle nous montre le but et la voie pour y arriver.

Puissions-nous l’écouter fidèlement et mettre ses demandes en pratique tous les jours.


Nouvelles du District
 

  • Le 28 septembre, Alexandre Kubishesky, de Saint Catharines, Ontario, a reçu l’habit des frères de la Fraternité Saint-Pie X au séminaire de Flavigny, France.
  • 8-9 octobre : Journées Québécoises du Christ-Roi, à Longueuil, près de Montréal. Ce fut un beau succès avec plus de 100 participants.
  • Mois de novembre, mois des âmes du Purgatoire : n’oubliez pas de donner à vos prêtres la liste de vos défunts qui sera mise sur l’autel pendant tout le mois. Vous pouvez ajouter une aumône pour les défunts avec la liste.
  • Du 7 au 11 novembre : Réunion annuelle des prêtres du district du Canada à Saint-Césaire. Priez pour nous, s’il vous plaît.
  • Du 18 au 26 novembre : Tournée de confirmations par Mgr de Galarreta au Canada.
  • Du 15 au 20 février 2017 : XIe Mission médicale Rosa Mystica aux Philippines. On nous demande des médecins et infirmières pour ce magnifique acte de charité (en moyenne 3000 patients en une semaine). Vous pouvez voir les rapports des missions précédentes sur le blog de la Mission : www.rosamysticamission.blogspot.com . Que les intéressés m’écrivent avec leur C.V. à : [email protected]

Tout pour la gloire de Dieu et pour le triomphe de sa Mère Immaculée,

Abbé Daniel Couture
Supérieur de District