Lettre aux amis et bienfaiteurs - Juin 2018

Une belle âme

Le 20 mai dernier, dimanche de la Pentecôte, un de nos fidèles de Toronto, M. Peter Le Forestier, est décédé à l’âge de 99 ans, muni des sacrements de la Sainte Église. Peu parmi vous l’avez connu directement, mais sans le savoir beaucoup ont bénéficié de sa charité. C’est lui qui est à l’origine des Bourses Saint-Joseph qui viennent en aide chaque année à plusieurs familles du district pour l’éducation de leurs enfants.

Il mérite une mention spéciale dans cette lettre mensuelle car de nombreuses familles dans tout le district ont une dette de reconnaissance envers lui. M. Le Forestier est un bel exemple de ce qu’une seule personne peut réaliser pour faire avancer le règne de Dieu d’une façon ou d’une autre.

Il était convaincu des principes qui animaient Mgr Lefebvre. « Il est absolument certain », disait le grand archevêque, « que c’est par ces collèges (c’est-à-dire les écoles de la Tradition) que nous viendront le plus de vocations. » De fait, la grande majorité des prêtres qui ont été ordonnés dans les séminaires de la Fraternité Saint-Pie X ainsi que les vocations religieuses au cours des dernières années sont issus de nos écoles traditionnelles.

En 25 ans, depuis 1993, c’est largement plus de $500,000 qui ont été récoltés et distribués aux écoles grâce aux
Bourses Saint-Joseph.

Comment fonctionnent ces bourses ? Dans les premières années, les bourses Saint-Joseph étaient financées par toutes sortes de moyens : des loteries, des « quêtes d’un dollar par dimanche », des ristournes provenant d’un service d’appels interurbains et, bien sûr par des dons. Mais, lorsque M. l’abbé Rostand fut nommé supérieur de district en 2006, il institua des quêtes mensuelles pour les Bourses Saint-Joseph dans tous nos prieurés et chapelles. Ainsi, on encourage la charité fraternelle parmi nos fidèles. L’éducation chrétienne est devenue tellement difficile aujourd’hui, surtout en ce moment avec la situation politique actuelle, qu’il est normal que nous aidions d’abord les familles de nos chapelles. Depuis ce temps-là, ces quêtes ont été la plus importante source de financement des bourses Saint-Joseph.

Au moment de l’inscription de leurs enfants dans nos écoles, les familles qui sollicitent de l’aide financière pour leurs enfants reçoivent les formulaires de demande de bourses auprès des Bourses Saint-Joseph. Une fois reçues par le secrétariat des bourses, les demandes sont étudiées par notre comité. Ensuite, en fonction des fonds disponibles pour la distribution sur le compte des Bourses Saint-Joseph, ainsi que des besoins spécifiques de la famille en question, le comité calcule le montant de la bourse qui sera attribuée à cette famille. L’argent ne sera pas envoyé à la famille mais plutôt directement à l’école en question, où l’enfant est scolarisé.

C’est normalement entre $30,000 et $50,000 que l’on récolte ainsi chaque année et que l’on partage entre les
familles qui en font la demande.

Ainsi, tous peuvent faire leur part pour aider à faire face à ce gros problème de l’éducation qui est le terrain où
se joue le futur de nos familles et de nos vocations religieuses et sacerdotales, et donc de la société en général. Je

rappelle ainsi à chaque chapelle de faire cette quête mensuelle pour les Bourses Saint-Joseph. Les familles qui
voudraient en bénéficier sont priées de prendre contact avec le district à l’adresse ci-dessus.

Un anniversaire important

On ne peut passer sous silence un anniversaire auquel très peu ont pensé mais, qui, lui aussi, a eu des répercussions importantes, cette fois pour toute l’Église. Il s’agit du 50e anniversaire de l’achat, par cinq laïcs, des bâtiments de la propriété des chanoines du Saint-Bernard, à Écône, en Suisse. C’est le 31 mai, 1968, que ces cinq messieurs, Alfonse et Marcel Pedroni, Roger Lovey. Gratien Rausis et Guy Genoud, acquirent ces bâtiments mis en vente suite au manque de vocations pour la congrégation des Chanoines et pour des questions financières. Ces fervents catholiques ne voulaient pas qu’on détruise la chapelle de Notre-Dame-des-Champs où un saint prêtre, le chanoine Lucien Gabioud, avait dit sa première messe au début des années 1930.

Personne n’aurait cru en 1968 que Monseigneur Marcel Lefebvre, qui était encore supérieur général des Pères du Saint-Esprit, et qui avait encore six ans de son mandat à compléter, viendrait loger à Écône deux ans plus tard avec un petit groupe de séminaristes,

De fait, Monseigneur Lefebvre donne sa démission comme supérieur général des Spiritains en septembre 1968 en opposition à l’aggiornamento de sa Congrégation selon les voeux du Concile. Puis, avant même de commencer l’embryon de la Fraternité Saint-Pie X à Fribourg le 13 octobre suivant, il rencontre les cinq laïcs et visite Écône en mars 1969 pendant la Semaine Sainte. Il jugea Écône apte à devenir un noviciat, mais non pas un séminaire, c’est pourquoi il leur demanda une année pour réfléchir. Le 24 juin 1970, la décision est prise : une année de spiritualité commencera à Écône à la rentrée, à l’automne. Comme l’avait « prophétisé » Alphone Pedroni, « de ce séminaire d’Écône, on en parlera dans le monde entier ». Ce qui ne tarda pas à arriver comme l’histoire l’a démontré.

Remercions donc la Providence, prions pour ces cinq laïcs qui sont tous décédés maintenant, et prions pour la Fraternité Saint-Pie X à la veille de son quatrième Chapitre Général qui aura lieu du 3 au 21 juillet prochain.


Nouvelles du District
 

  • Du 24 avril au 7 mai, le premier Assistant, l’abbé Niklaus Pfluger a visité Saint-Césaire, Winnipeg et Calgary.
  • Peu après Pâques, deux jeunes Canadiens ont reçu l’habit de moines bénédictins au monastère de Notre-Dame de Guadalupe, au Nouveau-Mexique. Ce sont Joseph Leussink, de Sundre, AB, maintenant frère Paul, et Joseph Judickas, de New Hamburg, ON, maintenant frère Maur. Cela fait quatre canadiens dans ce monastère. Deux autres jeunes sont en attente. Prions pour leur persévérance.
  • Notre école de New Hamburg, ON, a célébré ses dix ans les 18-20 mai derniers.
  • De belles processions du Saint Sacrement ont eu lieu à l’occasion de la Fête-Dieu à Sherbrooke, Lévis, St. Catharines (ON) Winnipeg, Calgary et Vancouver.
  • Mgr de Galaretta viendra faire une tournée de confirmation au Canada entre le 27 septembre et le 7 octobre prochain. Il participera au pèlerinage de Midland, puis se rendra à Sherbrooke, Rocky Mountain House et Calgary. Que les candidats pour ce sacrement contactent leurs prêtres.

Bon mois du Sacré-Coeur.

Abbé Daniel Couture
Supérieur de District