Lettre aux amis et bienfaiteurs - Février 2019

Les Exercices Spirituels de saint Ignace

Chers Amis et Bienfaiteurs,

En lisant la biographie de Mgr Marcel Lefebvre, on ne peut qu’admirer la Providence qui prépara ce nouveau David à affronter victorieusement le Goliath moderniste. Sa vie dans les séminaires, dans les missions, comme représentant de Rome, à la tête d’une grande congrégation, tout cela et bien d’autres choses étaient une préparation pour sa plus grande oeuvre : la Fraternité Saint Pie X.

Avec cette Fraternité, ce n’était pas seulement la Messe de Toujours, tridentine, latine, et la formation sacerdotale qu’il sauvegardait, ce fut, au coeur de cette formation, des trésors venant de différents jardins de l’Église. Par exemple, il avait un amour véritable de la sainte liturgie, amour authentiquement bénédictin où l’autel du sacrifice avec la louange divine sont le centre de tout. Cela s’explique bien : Mgr Lefebvre n’était-il pas parent du fameux Dom Gaspard Lefebvre, si connu pour son missel quotidien?

Mgr Lefebvre, romain jusqu’au bout des ongles, était aussi foncièrement thomiste. L’Itinéraire Spirituel, son dernier livre, est un survol de la Somme Théologique, antidote par excellence pour ces temps de crise. Il nous a laissé un héritage très dominicain, par conséquent.

Qui ne verra dans le zèle missionnaire de la Fraternité un écho de la vie de même de son fondateur ? « La Fraternité est essentiellement apostolique, parce que le sacrifice de la messe l’est aussi… », a-t-il inscrit au début des Statuts de la Fraternité.

Je voudrais tout de même ajouter que la Providence a voulu encore donner à la Fraternité, à ses tout débuts, et d’une façon assez inattendue, un instrument jésuite « irrésistible » pour la conversion des âmes, pour le recrutement des vocations, pour la sanctification sacerdotale et pour les combats que nous aurions à mener : ce fut les Exercices Spirituels de saint Ignace.

En mai 1971 (donc dans la toute première année d’Écône), le Révérend Père Ludovic-Marie Barrielle (1897 -1983), par un de ces changements de parcours subits et surprenants, s’offrait à Mgr Lefebvre comme directeur spirituel d’Écône. Le révérend Père Barrielle apportait avec lui la fameuse méthode pour donner les Exercices Spirituels selon le Père Vallet dont il avait été le confident. Il avait une expérience de près de trente ans de prédication de ce type de retraites, qu’il avait prêchées à des dizaines de milliers de retraitants.

Provincial pour la France pour les Coopérateurs Paroissiaux du Christ-Roi (CPCR), le Père Barrielle avait été au coeur des combats pour le Christ-Roi de l’après-guerre jusqu’au Concile avec la maison de retraites à Chabeuil, en France, où une grande partie des intellectuels catholiques de France, de Suisse et d’ailleurs venaient se ressourcer. Ce fut des combats âpres contre la Nouvelle Théologie (1951) qui se découvrait, ce fut l’organisation de la Cité Catholique et de ses cercles d’études avec Jean Ousset, puis l’Ordre des Chevaliers de Notre-Dame et d’autres groupes militants pour les droits de Dieu et de son Église.

Hélas ! Mystère d’iniquité ! Le Concile et ses réformes, sa fausse obéissance, et surtout la nouvelle messe de 1969 mirent toutes ces belles oeuvres par terre, à commencer par les CPCR eux-mêmes ! Comment lutter pour la Royauté du Christ avec une messe oecuménique, libérale, néo-protestante ?

Ce fut Mgr Lefebvre qui eut finalement raison du grand prédicateur venu à Écône lui parler d’obéissance aux réformes. Il s’agissait en fait d’unir toutes les forces dans une nouvelle contre-réforme, devant un néo-protestantisme qui devenait de plus en plus agressif. Rien de tel alors que de reprendre dans leur pureté primitive ces Exercices « dont tout bon soldat du Christ doit faire usage ». (Pie XII)

« Si partout, dans tous les rangs de la Société chrétienne, on propage suivant Nos conseils et on pratique avec soin les Exercices, ils produiront un renouveau spirituel : la piété sera réchauffée, la religion sera vigoureusement pratiquée, le ministère apostolique sera plus ample et plus fructueux, la paix enfin établira son règne dans les âmes et dans la Société. » (Pie XI)

Le Père Barrielle espéra pendant quelques années recruter quelques-uns des séminaristes de Mgr Lefebvre pour relancer les vrais CPCR. Mais il eut encore l’humilité de se plier à la Providence qui lui inspira plutôt de donner la connaissance et l’amour des Exercices à toute la Fraternité. C’est ainsi que près de 50 ans plus tard, nos prêtres les ont prêchés dans toutes les langues des multiples pays où s’exerce leur ministère, incluant le chinois, le japonais, le tamoul…

Il est donc important pour tous les fidèles de comprendre ces Exercices. Il ne s’agit pas d’une retraite ordinaire, comme on peut en faire une sur la Sainte Vierge ou sur la Sainte Messe. Il faut situer les Exercices dans leur contexte historique d’origine et dans le nôtre d’aujourd’hui, où l’on est arrivé jusqu’à mettre une statue de Luther à l’honneur au Vatican. Ce sont des Exercices pour se vaincre soi-même, pour se détacher de tout attachement déréglé - et Dieu sait si le diable est fort pour nous attacher à des riens ! Les traditionalistes sont souvent tentés de fierté, comme les pharisiens et protestants, tentés de se reposer sur le fait qu’ils ont la foi et la messe, et donc qu’ils sont sauvés automatiquement. Saint Ignace nous met devant la vraie réalité du but de la vie, du péché, de l’enfer à éviter, du ciel à gagner. Les règles du « discernement des esprits » et celles pour « sentir avec l’Église » sont des trésors bien méconnus et pourtant si utiles pour la vie spirituelle, pour vivre sa foi catholique dans un monde complètement déboussolé.

Trop de nos fidèles se contentent de la messe du dimanche, sans jamais prendre le temps d’approfondir leur vie catholique. Voilà sûrement une des raisons pour lesquelles l’Église n’arrive pas à se relever… Selon la méthode du Père Vallet, ces Exercices Spirituels ne prennent en général que cinq jours – et tout le monde peut trouver cinq jours sur une ou deux années ! Ils valent vraiment une éternité. Si vous ne les avez jamais suivis, inscrivez-vous ; si vous les avez déjà suivis, ré-inscrivez-vous, et d’autres avec vous ! « Persévérez, revenez,  recrutez ! » Voyez les sites de la Fraternité pour les lieux et dates des prochaines retraites.


Nouvelles du District

  • En ce mois de février, Monsieur l’abbé Bouchacourt, Second Assistant, visite certains de nos prieurés (quand il n’en est pas empêché par des tempêtes de neige).
  • Le 2 février, au séminaire des États-Unis, un jeune Canadien de Calgary, Clinton Leussink, a reçu la soutane, et un autre de Toronto, Joseph McManus, a reçu la tonsure.
  • Nous avons en ce moment 8 séminaristes canadiens dans les séminaires de la Fraternité. Le coût de la formation est près de CAD $7 000 par année. Avez-vous déjà pensé à « adopter » financièrement un séminariste, un futur prêtre ? Qui ne voudrait pas avoir un prêtre parmi ses enfants ? Adoptez-en un ! Ils ont tous besoin d’aide. (Écrivez au district si besoin)

Saint Carême à tous !

Abbé Daniel Couture
Supérieur de District