Lettre aux amis et bienfaiteurs - Juillet 2015

Le 16 juillet 2015

Tirer le bien du mal

Chers amis et bienfaiteurs,

 Plusieurs prières de la Sainte Messe mentionnent la toute-puissante divine : « Dieu tout-puissant »...Dieu tout-puissant et éternel... «  Seigneur saint, Père tout-puissant ... ». Devant la progression du mystère d'iniquité, nous avons la vieille tentation de dire : si Dieu est tout-puissant pourquoi n'agit-il pas pour arrêter le mal? C'est une ancienne tentation qui conduit parfois à l'athéisme ou à la perte de la foi. Mais cela peut aussi conduire à une plus grande foi et à une confiance plus grande en Dieu.

Le docteur angélique connaissait bien cette objection et  y a répondu d'une manière très claire, en citant saint Augustin : «  ‘Dieu, souverainement bon, ne permettrait jamais qu’il y eût du mal dans ses œuvres, s’il n’était tellement puissant et tellement bon que du mal même il puisse faire du bien’. C’est donc à son infinie bonté même, que se rattache en Dieu, sa volonté de permettre des maux pour en tirer des biens. »  (1a,Q2,a3,ad1) Nous en avons un exemple dans la Passion de notre Sauveur, dans l'histoire des martyrs et de toutes les persécutions. « L'or s`éprouve dans le feu et les hommes agréables à Dieu dans le creuset de l'humiliation. »   (Ecclésiastique 2: 5)

On peut alors se demander si un bien a pu sortir de la révolution liturgique? Avec saint Thomas on doit répondre dans l'affirmative. C'est un paradoxe car ce n'est pas un bien direct mais indirect. Dieu ne peut pas se réjouir en voyant l'abomination de la désolation dans le sanctuaire, mais cette circonstance peut nous enseigner, d'une façon indirecte, que la Sainte Messe est un don gratuit de Dieu, le plus grand don, et que si nous ne l'apprécions pas à sa juste valeur (c'est peut-être ce qui est arrivé dans les années '60 ) que nous pouvons le perdre.  Ça montre aussi, comme dit justement John Senior, que « la civilisation catholique c’est la Sainte Messe » et que de toucher au Saint Sacrifice aura des conséquences terribles pour la civilisation. 'Contra factum, not fit argumentum---contre la réalité, il n'y a pas d'argument'.

Peut-il sortir du bien de la collégialité, cette plaie qui sape l'autorité épiscopale et celle du pape, qui est certainement la cause de l'apathie générale des évêques en face de la lutte apocalyptique entre le bien et le mal? « Où sont les Maccabées? » écrivait Mgr Lefebvre à huit cardinaux à la veille de la réunion blasphématoire d'Assise. Nous posons la même question aujourd'hui : où sont les pasteurs du troupeau de Dieu, les successeurs des apôtres, alors que les loups s'amusent dans le troupeau? « Le mercenaire voit venir le loup, laisse les brebis et se sauve parce qu'il est mercenaire et a nul souci des brebis. » (Jean 10:13). Ce sont des mots très durs pour ceux qui ont charge d'âmes alors qu'on voit les hérésies enseignées dans les paroisses et les séminaires, la destruction systématique des écoles, des hôpitaux catholiques  et des familles. Pourquoi les pasteurs responsables sont-ils silencieux?

Il existe une collection de l’histoire de l'Église par Ludwig von Pastor qui appelle L’Histoire des Papes. C'est bien trouvé comme titre car l'histoire de l'Église s'identifie de fait à l'histoire des papes, qu'ils se nomment Pierre, Grégoire le Grand, Honorius, Pie X, Paul VI ou François. L'état de l'Église à un temps donné reflète assez bien la personne du pape selon le proverbe : « il en sera du prêtre comme du peuple » (Is 24 :2).

Nous pouvons aussi appliquer cela au niveau local : l'histoire catholique de nos pays s’identifie vraiment avec l'histoire de nos évêques. Ils ont été les fondateurs, les pères, et malheureusement les destructeurs de la civilisation catholique. Nous fêtons cette année le 200e anniversaire du Cardinal Pie de Poitiers en France, le grand champion de la royauté sociale du Christ. La biographie de Mgr Lefebvre écrite par Mgr Tissier de Mallerais ainsi que le film documentaire à son sujet montrent de façon admirable comment le travail d'évangélisation accompli par un seul évêque peut influencer la société de tout un continent : les séminaires, les couvents, les écoles, les universités, les hôpitaux. Selon ce qu'a déjà déclaré à Mgr Fellay le nonce papal de la Suisse (anciennement nonce en Afrique), Mgr Lefebvre a laissé son nom partout, dans tous ces domaines.

Au Canada, nous avons aussi eu des évêques immortalisés par leurs travaux  comme Nos seigneurs de Laval, Laflèche, Bourget, Charlebois pour en nommer quelques-uns.

Alors quel bien indirect peut être tiré du mal de la collégialité? Nous pouvons répondre : a contrario, cela montre que la structure de l'Église est vraiment divine et qu'elle doit être maintenue puisque tout changement en ce domaine amène une perte d'autorité à tous les niveaux. La collégialité est l'attaque la plus audacieuse de l'Enfer contre la structure de l'Église. Ça nous oblige à des actes de foi héroïque dans la promesse de Notre-Seigneur : « les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle ». Comme Notre-Seigneur a paru anéanti le Vendredi Saint, il semble que les portes de l'enfer ont prévalu contre l’Église. Cependant, de récents développements forcent certains cardinaux et évêques  à briser les rangs de la collégialité. Prions spécialement pour ces  évêques conservateurs du Nouvel Ordo à l'approche du synode d'octobre. Ce que la réunion d'Assise n'a pas fait en 1986, le synode sur la famille peut le faire : ce pourrait être un réveil!  

Pour finir voici quelques nouvelles locales :
Les ordinations : Le 27 juin, Joseph Stannus de Gatineau, Québec a été ordonné prêtre au séminaire de Zaitzkofen et son frère Marcel,  diacre. Bien que l'abbé Stannus soit nommé en Autriche, le Canada devrait recevoir un prêtre de plus à la suite de cette ordination. La F.S.S.P.X. devrait compter une petite vingtaine de nouveaux prêtres d'ici la fin de l'année 2015. Deo gratias!

Pèlerinages: Nous aurons notre 32e pèlerinage à Ste Anne le 1er août et notre 15e au sanctuaire des saints martyrs canadiens à Midland, Ontario les 25 et 26 septembre.

Retraites : pour les dames, du 20 au 25 juillet (en français); du 10 au 15 août (en anglais)
                 pour les hommes, du 26 au 31 juillet (en français); du 17 au 22 août (en anglais)
Les 5 et 6 septembre nous aurons nos premières Journées Québécoises du Christ-Roi dans la ville de Québec où nous essaierons d'exposer le règne de Notre-Seigneur au Québec hier, aujourd'hui et demain. Pour plus de détails veuillez contacter le bureau du district.

Bien vôtre en Notre-Seigneur et sa Mère Immaculée,

 

Abbé Daniel Couture, supérieur du district du Canada